Aller au contenu principal
Disposition

Conseils lecture

Localisation
couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Elie Wiesel, prix Nobel de la paix en 1986, a dit : « Vous qui qualifiez les étrangers d’illégaux, vous devez comprendre qu’aucun être humain n’est « illégal ». C’est un contre sens. Les êtres humains peuvent être beaux, voire très beaux, ils peuvent être gros ou minces, ils peuvent avoir raison ou tort, mais « illégal », comment un être humain peut-il être « illégal » ? ». Ainsi commence le récit de Ebo, jeune Ghanéen de 12 ans, qui avec son frère décide de partir pour l’Europe, loin de la misère locale. Dans ce périple, la mort les menace à chaque étape. Du désert du Sahara à la violence des rue de Tripoli jusqu’à la traversée de la Méditerranée, ils devront surmonter leur peur, oublier leur innocence pour devenir, bien trop vite, des adultes sans rêves... Cette histoire est une fiction, mais chaque détail qui la compose est authentique car les auteurs ont collecté et assemblé les témoignages de rescapés pour nous livrer ce récit bouleversant. Véritable mise en lumière des conditions de vie inhumaines que subissent les migrants pendant leur exil, ce titre est à de nombreux égards une œuvre documentaire à mettre entre toutes les mains, même les plus réfractaires à la cause migratoire.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Elevée par ses grands-parents alcooliques, Soizic décide à 22 ans, de « monter à Paris ». Elle va y connaître la vraie précarité, la solitude. Mais elle rencontre un cousin qui va lui mettre le pied à l’étrier en acceptant qu’elle le remplace en tant que bouquiniste : ce qu’on appelle dans le jargon de ce métier « ouvre-boîte ». Cette petite subtilité de langage poétique donne un peu le ton du texte. Même si l’on croise beaucoup de personnages désenchantés pour qui l’alcool est très présent (des chats éraflés), ce premier roman est passionnant car on y découvre avec Soizic les différentes facettes de ce métier parisien ; Plaisant pour l’ambiance des quais de Seine avec son défilé de passants et enfin, le parcours de cette jeune femme qui cherche à comprendre pourquoi sa mère l’a abandonnée. Camille Goudeau aurait pu écrire un « feel good » mais il n’en est rien. Son personnage oscille de la rage, la rancune au besoin d’affection mais ne fait aucune concession tant elle tient à sa liberté.
Un bon roman, plein d’énergie !

couverture du document
Disponible
Tome
1
Avis

1939, l’Allemagne et le nazisme envahissent la Pologne et plongent l’Europe dans les ténèbres.  À Varsovie, les personnes de confession juive sont parquées dans une zone : le Ghetto de Varsovie. Il y règne la famine et le désespoir. Irena Sendlerowa, travailleuse sociale, intervient quotidiennement dans le ghetto, apportant nourriture et vêtements. Son humanité et son courage la poussent à sauver des enfants juifs en les faisant s'échapper du ghetto par différents subterfuges, au péril de sa propre vie... Loin des histoires fictives et parfois potaches destinées traditionnellement à la jeunesse, les éditions Glénat nous proposent un récit poignant sur une héroïne bien réelle. Irena Sendlerowa, Juste parmi les nations, a sauvé pas moins de 2500 enfants des griffes de la folie humaine. Son courage est mis en lumière par le travail formidable d’un trio d’artistes conscient de réaliser une œuvre salutaire et d’utilité publique. Ce récit est certes par moment difficile, on y comprend des scènes de tortures, on y côtoie la haine et la mort, mais également l’espoir d’une humanité si fragile. Mettre en avant auprès de nos enfants l’histoire vraie de héros de l’ombre ne peut être que bénéfique. Trop peu exploités, ces récits sont pourtant sources de valeurs positives et de modèles à suivre. Apprenons le bien avant le mal et le monde s’en portera peut-être mieux...  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Une légende mongole raconte que « celui qui voit un loup sera chanceux pour le restant de ses jours ». Nomin rêve depuis toujours de voir un loup de ses propres yeux, comme sa grand-mère autrefois. Chaque soir elle veille, écoute et guette le signe de la présence de l’animal, mais la bête reste invisible. Pourtant la grand-mère de Nomin en est certaine et rassure l’enfant, un jour elle verra un loup. Après des années, lassée d’attendre, la jeune fille décide de partir à la rencontre de la mystérieuse créature qui hante les steppes…
L’autrice nous entraîne à la découverte des croyances et paysages mongols à travers la relation très intime entre la petite-fille et sa grand-mère ainsi que leur passion pour les loups.
Les dialogues entre la mamie et la petite sont très touchants et émouvants. Ils sont accompagnés d'illustrations magnifiques, les expressions des personnages sont extrêmement détaillées, criantes de réalisme.


C’est une belle histoire, sous forme de quête initiatique, sur la transmission, l’apprentissage de la vie. Elle nous montre aussi une vision différente du loup, loin de celle des contes traditionnels.


Cet album est un fabuleux voyage dépaysant et plein de tendresse.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis
Louis pourrait être un petit garçon comme les autres s'il n'avait pas un secret : son meilleur ami est un loup et il habite dans son placard. Toujours à se taquiner l'un l'autre, à s'aider mutuellement, ils sont devenus inséparables. Alors, lorsque Pépé veut emmener Louis en vacances, ce dernier ne peut se résoudre à l'abandonner. Une drôle de cohabitation s'annonce...  - Michaël
couverture du document
Disponible
Avis

Airnadette, est un groupe réputé d’air musique et de playback qui déchaîne les foules durant les concerts, en France, en Europe et également aux Etats-Unis. A travers cette comédie musicale, Airnadette a décidé d’initier les enfants aux plaisirs de la scène. C’est ainsi qu’est né « Du rock dans ton salon », l’histoire romancée de la formation du groupe composé de Scotch Brit, Château Brutal, Moche Pitt, Gunther Love, Jean-Françoise et M’Rodz.


Tu adores la musique, chanter, tu rêves de monter un spectacle avec tes ami·es, alors n’hésite plus ce livre est pour toi. Pas besoin de talents particuliers, tout est parfaitement expliqué pour vivre une expérience délirante et pleine d’humour. Quelques accessoires suffiront pour entrer dans la peau d’un·e musicien·e de rock.


Les dialogues sont pointus et rigolos et retranscrits avec des indications de mises en scène dans des fiches de répétition. Le cd du show est intégralement joué et chanté par le groupe Airnadette en personne. Un code permet aussi de télécharger une version mp3 sur le site de l’éditeur, où l’on trouve pleins de bonus et tutos pour apprendre les chorégraphies.


Découpé en huit scènes, le livre-spectacle est rempli de blagues pour faire rire les petit·es, et de références rock qui raviront les plus grand·es.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Ernest, joli petit garçon de 10 ans d’une sagesse rare, traverse la vie au rythme régulier d’un métronome bien huilé. Il grandit sans bruit auprès de sa grand-mère, la bien-nommée Précieuse, et de Germaine, la gouvernante. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Victoire, sa voisine de classe pétillante, qui bouscule son quotidien et l’amène à voir la vie autrement. Il en vient à se poser des questions nouvelles, sur le rythme si tranquille qui berce sa vie ou la permanence des silences entourant ses origines. La présence de son amoureuse lui donne des ailes et assez de courage pour prendre la plume et espérer changer ce qui lui pèse. « Lettres d’amour de 0 à 10 ans » est une (énième) pépite de madame Morgenstern. Un charme suranné et irrésistible se dégage de cette bande dessinée. Les aquarelles de Thomas Baas distillent une douce atmosphère au gré des pages que l’on tourne avec gourmandise. Les enfants tiennent le beau rôle dans cette histoire : ce sont eux les vrais héros qui, grâce à leur innocence et bienveillance naturelles, parviennent à retrouver la petite musique du bonheur là où elle était mise en sourdine. Une réflexion fine sur le rôle des parents (qui semblent absents de l’histoire mais y jouent un rôle central dans la transmission de valeurs aussi importantes que la générosité, l’attention à l’autre, la confiance) jouxte celle sur la présence et l’amour. Car il y a bien des façons d’être présent au monde, à soi et autres, et il arrive que l’absence ne soit pas synonyme de désamour, au contraire. Après tout, ne serait-ce pas la raison d’être des lettres d’amour ? Une lecture en forme de valse où trois temps amoureux s’enchaînent, à conseiller à tous dès huit ans.  - Aurélie

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Lila a toujours souffert d’un certain mal-être. Sa souffrance s’est accentuée à l’adolescence, elle, ou plutôt il, veut être lui-même, le vrai, pas celle dont le nom est inscrit à l’état civil. Lila souffre de dysphonie de genre, elle a le corps d’une femme, mais est homme au plus profond de son être. Comment faire accepter cela à ces proches, sa famille, ses amis ? Comment vivre dans ce corps qui vous dégoûte ? Comment lutter contre les préjugés, la méconnaissance ? Lila devient Nathan et entame un dur combat qui le mènera à vivre des moments douloureux, mais au final, à une libération... « Appelez-moi Nathan » est un titre à part, à classer parmi les œuvres documentaires. Le récit, mené par Catherine Castro, grand reporter pour « Marie-Claire », est clair, précis et vulgarisateur. Oui le sujet, assez rare en littérature, peut être difficile à appréhender, mais ici nos esprits s’éveillent à ce mal-être et le récit nous permet de comprendre une histoire qui peut, n’ayons pas peur des mots, nous dépasser. Si cette bande dessinée est aussi précise dans son propos, c’est que l’auteur a construit sa trame narrative à partir du témoignage du héros, bien réel, de cette histoire. Tous est vrai ici et on le ressent : les émotions, les insultes, la perte de repères, pour Nathan comme pour ses proches. Nous sommes totalement immergés dans ce combat pour l’acceptation. Les illustrations de Quentin Zuttion servent à merveille ce reportage par un trait fin et délicat accessible à tous et par une mise en couleur façon aquarelle. Ce titre est une œuvre salutaire pour ouvrir les esprits et parler librement, sans tabou, de transsexualité. A recommander.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

👍 Momo est un magnifique Border Collie, blanc et noir. Momo est surtout très facétieux : il aime beaucoup se cacher ! Alors son maître, le photographe Andrew Knapp, a saisi les occasions d’immortaliser ces moments amusants dans un très bel imagier. A nous de retrouver Momo dans toutes sortes de situations sur la page de droite : à la fête foraine, au jardin, à la librairie où encore à l’école ! Sur la page de gauche, différents objets à chercher sont présentés, sans jamais oublier Momo, sa drôle de tête et ses grands yeux expressifs.

❤ A travers cet album, Andrew Knapp nous propose un cherche-et-trouve adapté aux plus petits. Les photographies sont claires et lisibles, les objets à retrouver, des objets du quotidien que les enfants auront plaisir à chercher. Le chien Momo rends cette expérience vraiment sympathique : il paraît si gentil, et nous regarde (ou plutôt son maître, qui prends la photo) avec tellement d’intensité qu’on ne souhaite qu’une chose : s’amuser avec lui !

Les couleurs vives, la composition et la qualité des photographies séduiront à coup sûr les jeunes enfants et Momo deviendra l’un de leurs compagnons préférés.

couverture du document
Non disponible
Tome
1
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Tout comme son grand frère Jeff, Erwann est un passionné des sports de glisse, surtout de skate. Malheureusement un accident tragique durant une compétition cause la mort de l’ainé et brise par là même sa famille. Dorénavant il lui est interdit de pratiquer sa passion, à moins que... « Erwann » est un titre jeunesse sans prétention qui pourrait, si on y prête peu attention, être noyé dans la masse. Il serait dommage de passer à côté de ce récit plus profond qu’il n’y paraît. Ici des sujets difficiles sont abordés avec subtilité : on nous parle d’accident, de mort et de deuil. Cela pourrait être plombant, mais pas du tout puisqu’une fois le livre refermé, les valeurs de bravoure et d’abnégation sont les seules effluves qu’il nous reste. Une leçon de courage nous est donnée par Erwann, jeune homme insouciant, qui se donnera tous les moyens pour réaliser son rêve. Ce récit est porté par les belles illustrations dépouillées de Yann Cozic, pleines de dynamisme et dont les couleurs sont sobres, mais efficaces. Un nouveau titre jeunesse plein de fraîcheur !  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Cette bande dessinée biographique traite d'une figure emblématique de l'agriculture écologique : Akinori Kimura. Pas vraiment destiné à devenir agriculteur, Akinori, par les aléas de la vie, va devoir reprendre l'exploitation fruitière de son père. Étonné par le nombre de pesticides à utiliser pour faire de belles pommes, il va dévouer sa vie à trouver des solutions naturelles pour exploiter son verger... quitte à ruiner sa famille. Totale réussite que ce titre japonais sur une personnalité internationale de l'agriculture naturelle et raisonnée, peu connue en France. Il nous entraîne dans le Japon rural des années 50, sous le joug des traditions et de la productivité à tout prix. Pourtant, seul contre tous, un homme va oser proposer une alternative. Captivant et historique !  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis
Une petite merveille d’émotion pour ce titre jeunesse qui s’adresse à un large public.
Le récit de Mario Torrecillas est linéaire et fluide, il traite du football, sous l’angle du recrutement, mais pas que… Ici nous sommes les témoins d’une relation compliquée père/fils, il est question de rédemption, de responsabilité et de rêves… L’illustrateur, Artur Laperla, rend également une copie impeccable, son style basé sur la simplicité, la lisibilité et l’utilisation de couleurs vives, colle parfaitement à la dynamique du récit. Une vraie pépite espagnole offerte par les éditions « Nouveau Monde Graphic ».  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Elle aime les fraises et les feux de bois, lui aime le camembert et la plage… mais surtout, ils s'aiment et sont heureux tous les deux, si bien qu'un beau jour arrive un tout petit. Il renverse leur monde de fraises, de plages, de camembert et de feux de bois. Il y a des jours noirs, à cause de douleurs ou de chagrins, mais aussi de très beaux jours, remplis de sourires de petites dents, de roulades dans l'herbe et de cueillette de violettes : ainsi, page après page, tous les trois écrivent leur propre histoire. Ce bel album est édité aux éditions 3oeil, petite maison d'édition attachée au dessin manuel et férue de gravure sur bois. L'autrice Alice Brière-Haquet jongle avec les mots, les assemble pour en faire des textes à mi-chemin entre histoire et poésie. Olivier Philiponneau (qui nous a fait l'honneur de mener un atelier artistique en visioconférence le 14 avril dernier) et Raphaële Enjary nous offrent à partir de leurs gravures, des illustrations aux couleurs primaires éclatantes, qui transmettent avec justesse toutes les émotions que procure une naissance. Les personnages, représentés sous forme de carrés, sont étonnamment expressifs et superbement mis en scène. On retrouve avec amusement les scènes quotidiennes que traversent les jeunes parents : « ils roulent dans la grande ronde des biberons ». Cet album nous rappelle que quelques mots bien choisis et de belles illustrations aux couleurs chatoyantes valent mieux qu'un long discours pour représenter le bouleversement qu'est l'arrivée d'un petit être sur terre.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Voici un livre à compter. Mais attention ! Il faut bien suivre la consigne : ici, on compte jusqu’à 1 ! et que jusqu’à 1 ! Sur la première page, ce n’est pas trop compliqué. Il y a une pomme : on peut donc la compter. Mais sur les autres pages, l’exercice se corse…

Ce livre rempli d’humour prend le contrepied des autres livres « pédagogiques » à compter, qui garnissent les étagères des librairies et bibliothèques en littérature jeunesse. En effet, ici, il s’agit plus de trouver le détail unique dans chaque page (et le compter), et d’observer les illustrations amusantes et colorées.

Le narrateur s’adresse directement à son·sa lecteur·rice et cela en devient un livre-jeu.

Finalement, on ne peut s’empêcher de braver les interdits et comptant tout ce qui se trouve dans le livre et en cela cet album est particulièrement réussi !

couverture du document
Disponible
Avis

Nous sommes en 2042. Des catastrophes naturelles ont eu lieu et les autorités sont passées à une transition écologique radicale. A travers la vie de Lisa, on découvre la vie quotidienne régie par les nouvelles technologies : drônes absolument partout qui contrôlent les moindres faits et gestes. En parallèle, le journal intime de la mère qui ne s’est jamais remise d’un amour perdu d’adolescence .Lisa cherche ce qui se cache derrière la mélancolie de sa mère qui n’a jamais su l’aimer. Ce roman d’anticipation dénonce les systèmes totalitaires et les états policiers. Ce n’est pas sans rappeler le Big brother de 1984 mais quand le roman d’Orwell est paru en 1949 c’était de la science-fiction  alors qu’à la lecture de La mer monte, au ton, malgré tout humoristique, on prend conscience qu’on est déjà propulsé dans ce monde connecté
A lire absolument  - Catherine

couverture du document
Disponible
Avis

Il y en a une qui n’a visiblement pas envie de dormir. Alors, lorsque son papa s’apprête à éteindre la lumière, une question jaillit : et pourquoi ci… ? Et pourquoi ça… ? Les réponses, le papa ne les a pas toutes, mais par contre, niveau imagination, il est plutôt très fort… Voici un merveilleux album proposé par les éditions « Little Urban » qui sont coutumiers du fait. Ils nous font découvrir l’œuvre deux aut.eur.rices de talents : Marc Barnett et Isabelle Arsenault. « Parce que » est de ces albums qui marque, qui reste dans vos esprits, non pas parce que la thématique est originale, mais parce qu’il a ce petit quelque chose de plus, de différent. Il se lit et s’appréhende différemment selon les sensibilités, pour certains l’aspect humoristique ressortira, pour d’autres la tendresse véhiculée ou encore par moment le léger parfum de mélancolie. Le texte est court, mais nul besoin de nombreux mots lorsque ceux que vous utilisez sont les bons. D’ailleurs, ils s’effacent rapidement pour laisser libre cours à l’imagination  du papa et de sa petite fille. C’est alors qu’Isabelle Arsenault, illustratrice, prend le relais et nous entraine dans des univers incroyables. Ici, c’est moi qui manque de mots pour décrire les illustrations, tant elles sont magnifiques. Sur papier brun, elle couche au crayonné personnages et  décors qu’elle volumise avec des jeux d’ombres et de lumières, aux couleurs aquarellées. Pleine page ou double page, ces incroyables dessins vont vous fasciner.  « Parce que » est un incontournable qui plaira à tous et auquel chacun pourra s’identifier.  - Michaël