Aller au contenu principal
Disposition

Conseils lecture

Localisation
couverture du document
Non disponible
Avis

Gaspard passe ses vacances chez sa grand-mère, mais très vite l’ennui le gagne. Pour y échapper, il décide, malgré l’interdiction, d’explorer le grenier. Là-haut il découvre une table à dessin et une planche de BD inachevée. C’est alors qu’apparaît le fantôme de son grand-père, qui était auteur de bande dessinée... Voici un titre qui ne paie pas de mine, mais qui est surprenant tant par son histoire que par ses illustrations. Le récit est une fiction aux vertus pédagogiques loin d’être ennuyeuse. On y découvre les rouages de la création d’une bande dessinée. Nous suivons avec Gaspard chaque étape, de la naissance d’une idée à la mise en couleur d’une planche. Ce récit est illustré de façon efficace par Mickaël Roux, adepte des séries humoristiques, au style énergique. « Gaspard et le Phylactère magique » permet, tout en s’amusant, d’apprendre et plus que tout, donne une furieuse envie de se mettre à dessiner.  - Michaël 

 

couverture du document
Disponible
Avis

Grand Lapin couche Petit Lapin. Une histoire, 1, 2, 3 bisous et pour finir, le rituel du coucher : Grand Lapin doit rester derrière la porte de la chambre de Petit Lapin jusqu'à son endormissement. Petit Lapin, lui, va s'assurer très souvent de la présence de son papa ! Alors qui s'endormira le premier ? Le texte est juste, on sent le vécu partagé par tous les parents. Les illustrations sont douces avec un "effet" effacé des couleurs autour des deux personnages. L'endormissement des enfants est un vaste sujet ! Chaque parent crée un rituel d’endormissement avec son enfant. Grands et petits se retrouveront donc à la lecture de cet album et souriront ou s'endormiront !  - Laëtitia

couverture du document
Disponible
Avis

Au pays imaginaire, les créatures sont nombreuses. Elles attendent impatiemment d’être choisies par un.e enfant pour devenir leur meilleur ami. Beekle, lui, attend depuis longtemps et ça le rend triste. Si bien qu’un jour, il décide d’inverser les rôles et de trouver par lui même son enfant. Pour cela, il doit réaliser l’impensable : partir pour le monde réel... Little Urban nous propose de découvrir un personnage original et attachant : Beekle, l’ami imaginaire. Cette créature sensible et expressive, dont le graphisme « simplifié » permet à chacun de se l’approprier, pourrait devenir une référence jeunesse incontournable. Abordant des thématiques importantes de l’enfance - la solitude, l’amitié et sans en avoir l’air, la créativité - le récit nous plonge dans notre propre enfance et l’angoisse de se faire un tout premier ami. Subtil et efficace,  cet album est magnifiquement illustré. Habile mélange de peinture digitale et traditionnelle, les planches de Dan Santat sont des fresques minutieuses dont la composition, la mise en scène sont bien pensées. Dans les premières pages de ses aventures, Beekle apparaît tout petit, souvent dans un coin de l’illustration, écrasé par le décor et certainement sa solitude. Puis au fur à mesure, il trouve sa place et le cadrage se resserre sur lui, montrant ainsi sa prise de confiance. Beekle à besoin d’un.e ami.e : et si vous veniez l’emprunter à l’Espace COOLturel ?  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Adam Strange, super-héros terrien, est connu pour ses exploits sur la planète Rann. Là-bas, il a endossé le rôle de chef de guerre, luttant et vainquant une terrifiante invasion extraterrestre. Son histoire et ses combats, il les raconte dans un livre au succès fulgurant. Cependant, la véracité de ses dires est mise à défaut par un lecteur, lui reprochant l’omission de nombreux massacres d’innocent·es… Quelques heures plus tard, ce même lecteur est retrouvé assassiné.

« Strange adventures » n’est pas un récit de super-héros traditionnel, non, il s’apparente plus à un récit de guerre dont il est difficile de parler sans trop en dévoiler. Cependant, lorsque l’on referme cette œuvre monumentale de 364 pages d’enquête, de rebondissements et d’émotions, nous restons sans voix, épuisé·es par cette lecture exigeante, par la trame implacable qui nous tient et ne nous libère que bien après avoir refermé ce livre. Cette force narrative est l’apanage des auteur·rices états-unien·nes qui jouent avec nos nerfs pour mieux les tordre, mieux nous essorer. « Strange adventures » est une étude, un questionnement sur la guerre, les choix, les actes et leurs conséquences.

Côté illustrations, deux artistes se partagent le travail : l’un pour la partie du récit se déroulant dans le présent, l’autre pour la partie située dans le passé. Cette dualité de style permet aux lecteur·rices de voyager facilement dans le temps, mais aussi d’apprécier en parallèle, le travail de deux artistes de qualité.

« Strange adventures » est un bien plus qu’un récit de super-héros, il est un questionnement sur notre humanité… rien que cela !

couverture du document
Non disponible
Avis

Tom a peur, c’est son premier jour dans sa nouvelle école. Alors, pour le rassurer son papa lui dit maladroitement : « Les grands garçons ne pleurent pas. » Fort de ce conseil, Tom ne pleura pas, mais en chemin… Jonty Howley nous offre une histoire touchante, pleine de tendresse et d’émotion. Il décrit simplement, mais avec justesse, l’image que notre société nous impose de la masculinité. Un homme ça doit être fort, ça ne montre pas ses émotions et surtout ça ne pleure pas ! Poncif qui a la vie dure ! Et pourtant, en quelques pages Jonty Howley réussit à détruire ce modèle archaïque. Il laisse les hommes, les garçons s’exprimer et montre toute leur sensibilité. Loin des clichés, il dépeint une relation sans préjugés entre un père et son fils, saine et surtout sincère. Cet album ne s’arrête pas là, car l’enfant apprendra également que les larmes versées ne sont pas toujours de tristesse, mais qu’elles peuvent être de natures différentes selon les situations. Jonty Howley illustre également son récit et nous transmet toute sa sensibilité par des dessins tendres à la technique irréprochable. Pas de « larmes de crocodile » avec ce titre, mais un réel coup de cœur.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis
Rythme et suspens assuré pour ce roman qu'on peut lire comme un bon livre d'aventure. Mais pour cette mère et son fils, ce périple fou est aussi le seul espoir de les sortir d'un mal-être.
Des épreuves au cours desquelles les faiblesses , les failles des deux voyageurs vont resurgir. C'est pourquoi, il faut continuer !
Très bon moment de lecture            C.
couverture du document
Disponible
Avis

Elevée par ses grands-parents alcooliques, Soizic décide à 22 ans, de « monter à Paris ». Elle va y connaître la vraie précarité, la solitude. Mais elle rencontre un cousin qui va lui mettre le pied à l’étrier en acceptant qu’elle le remplace en tant que bouquiniste : ce qu’on appelle dans le jargon de ce métier « ouvre-boîte ». Cette petite subtilité de langage poétique donne un peu le ton du texte. Même si l’on croise beaucoup de personnages désenchantés pour qui l’alcool est très présent (des chats éraflés), ce premier roman est passionnant car on y découvre avec Soizic les différentes facettes de ce métier parisien ; Plaisant pour l’ambiance des quais de Seine avec son défilé de passants et enfin, le parcours de cette jeune femme qui cherche à comprendre pourquoi sa mère l’a abandonnée. Camille Goudeau aurait pu écrire un « feel good » mais il n’en est rien. Son personnage oscille de la rage, la rancune au besoin d’affection mais ne fait aucune concession tant elle tient à sa liberté.
Un bon roman, plein d’énergie !

couverture du document
Non disponible
Avis

C’est l’histoire d’un écureuil, il a un arbre, son arbre. Cet arbre donne des pommes de pin, ses pommes de pin. Tout cela est à lui et à personne d’autre, mais comment protéger ses propriétés face à un ennemi invisible qui menace ?... « C’est mon arbre » est un album jeunesse à double lecture. Une histoire délicieusement absurde pour commencer, mais que l’on comprend dans un second temps, bien plus profonde et philosophique qu’il n’y paraissait. Ici, subtilement, sont abordés les thèmes de la possession, de la propriété mis en opposition au partage et à la liberté. L’ignorance prend une place également importante, car elle est vecteur de peur et de paranoïa. Cette histoire dépeint de façon rare, mais intelligente, notre société et ses abus. Ce livre n’est pas triste pour autant, Olivier Tallec livre une composition astucieuse, emplie d’humour et qui fera rire les enfants comme les adultes. Ses illustrations sont une merveille, pas de grands et beaux décors, mais le strict minimum, juste ce qu’il faut pour offrir à notre écureuil un espace d’expressivité, à la one man show, totalement désopilant.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

« Tout a commencé quand tout était au même endroit. », ainsi débute le récit de Catarina Sobral qui, par un album coloré, explique aux plus jeunes - mais aussi aux adultes - la naissance de l'univers, de notre planète et de la vie sur terre. Le sujet est ô combien périlleux car dense et compliqué, mais l'auteure, par un don inouï pour la vulgarisation, réussit à rendre la cosmologie digeste et à la portée de tous. Elle permet ainsi à tout-un-chacun de s'approprier les concepts scientifiques tels le Big Bang, l'infiniment petit ou encore l'infiniment grand. Le récit de nos origines est conté par deux personnages aux tronches humoristiques et qui, comme le récit à portée de tous, peuvent être aisément reproduits par nos chérubins. Ce documentaire est une totale réussite car il s'adresse vraiment à un très grand nombre de lecteurs, dès 5 ans. Il donne les bases, juste ce qu'il faut, et réussit à nous surprendre, nous émerveiller et, qui sait ?, suscitera peut-être des vocations. Un « must have ».  - Michaël

couverture du document
Disponible
Tome
2
Avis

L'hiver et la neige sont tombés sur la forêt et le loup en slip se les gèle méchamment ! Mais se les gèle quoi ? Il porte pourtant un slip ! C'est l’inquiétude, pour ne pas dire la panique, chez les habitants de la forêt... Le loup en slip revient dans une nouvelle aventure tout aussi pertinente que la première. Encore une fois les auteurs nous donnent, par le biais de l'humour, une grande leçon de vie, d'humanité. L'illustration est belle et en parfaite harmonie avec le ton utilisé. Une réussite, lorsque l'on sait que ce titre jeunesse n'est, à la base, qu'un spin-off de la série adulte à succès Les vieux fourneaux. Alors bravo les artistes de régaler petits et grands dans un même univers.  - Michaël

couverture du document
Non disponible
Avis

A la ferme, on va bientôt choisir un·e nouvelle·au chef·fe. Comme d’habitude les candidat·es sont des habitant·es : Pierre Cochon, Jeanne Poulette… Mais cette année, il y a un nouveau : Pascal Leloup. Sa candidature semble très appréciée. Il est drôle, rencontre tous les animaux, fait des photos avec les jeunes… Bref, il ferait le chef idéal.  Il est intelligent et en plus, ce qui ne gâche rien, très beau. Pourtant qui se cache vraiment derrière ce personnage qui fait l’unanimité ?
Davide Cali aborde ici avec humour tous les stratagèmes utilisés par les politiques peu scrupuleux·ses pour se faire élire. Fausses promesses, apparence trompeuse… toute la panoplie est réunie. 
Les dessins sont rigolos et truffés de petits détails pour les regards avisés.
Cet album amène petit·es et grand·es à réfléchir aux rouages de la politique tout en restant léger et drôle.
Il faut toujours se méfier de l’excès de confiance et surtout : l’habit ne fait pas le moine.

couverture du document
Disponible
Avis

Il y a dans la vie des métiers que l'on choisit par dévotion, par passion. Le travail en unité de soins palliatifs fait partie de ceux-là. Cette bande dessinée de reportage réalisée à l'hôpital de Roubaix nous montre le quotidien de ces héros de l'ombre. Nous suivons pas à pas leurs actes médicaux, nous nous octroyons, le temps de souffler, une pause ensemble, nous partageons leurs doutes, leurs peines, mais aussi leurs espoirs. Bien sûr, nous voyageons également avec les patients et compatissons à leurs malheurs. Malgré tout, ce titre est loin d'être triste, car au-delà des drames, il illustre ce que l'homme a de meilleur : le courage et la bonté.  - Michaël

couverture du document
Non disponible
Tome
5
Avis

Selon sa tante, Miyo est une bonne à rien, pourtant elle va réussir à décrocher un emploi dans la boutique de M. Momotoshi, un marchand excentrique spécialisé dans l’importation de toutes sortes de babioles. Une nouvelle vie commence donc pour la jeune orpheline qui va devoir apprendre de nouveaux codes de conduite mais également mettre à profit son talent de divination... Que voici un manga fort sympathique qui devrait trouver un plus large public que celui habitué au genre. Nous sommes sur un récit de type « seinen », destiné aux adultes, mais qui présentement peut être lu par un plus jeune public tant l’histoire est délicate et délicieuse. Nous suivons donc Miyo, tendre et attendrissante avec ses côtés un peu gauche et sa timidité propres aux personnes ayant été dévalorisées dans leur enfance. Même si cela ne constitue pas la trame principale, on devine que Miyo va s’épanouir en trouvant écoute et stimulation auprès de cet étrange M. Momotoshi. Cette intrigue, qui sera le fil conducteur de cette œuvre en 6 volumes, est distillée dans les nombreuses histoires que nous proposent le manga. Les différents chapitres proposent à chaque fois la découverte d’un objet occidental de la fin du 19e siècle et une fiche explicative de son fonctionnement. Loin d’avoir livré tous ses secrets dans ce premier volume, nous attendons avec impatience d’en savoir plus sur le don de divination de Miyo, qui devrait par la suite se montrer d’une extrême importance…  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Au départ il y a un objet étrange, un album regroupant 369 photos d’identité d’un homme caméléon. Parfois moustachu, parfois barbu, en costume de ville, puis en tenue de stewart, souriant ou le cheveu hirsute et le visage déformé, ce personnage semble brouiller les pistes, nous perdre dans un labyrinthe de miroirs où ses mille facettes se répondent à l’infini.

Immanquablement son mystère et son originalité éveille notre intérêt, il est magnétique, il nous attire, on veut connaître l’histoire de cet homme et comprendre sa démarche. Qui est-il ? d’où vient-il ? quel est sa profession et qu’est-ce qui l’a poussé à concevoir ce projet ?
C’est à toutes ces questions que va tenter de répondre l’auteur, il aura la tâche ardue, à partir de ce simple objet, de remonter le fil de l’existence de son sujet : Jacob. Il devra trouver la réalité qui se cache derrière ces photos qui laissent entrapercevoir un personnage hors du commun.

C’est dans cette aventure que nous suivons avec entrain Christophe Boltanski. Avec acharnement à la manière d’un naturaliste, il va tout au long du récit, récolter les caractéristiques d’un spécimen si particulier « Jacob ». Mais arrivera-t-il pour autant à retisser le lien entre toutes ces photos qui constituent le puzzle de sa vie et surtout percera-t-il le mystère de cet étrange album ? Autant de questions auxquelles vous trouverez une réponse, où pas, en lisant ce roman immersif au cœur de « Jacob » ?

Au-delà de l’enquête haletante que mène l’auteur, par ailleurs journaliste, ce roman délivre un très beau message : aucune vie n'est insignifiante ou dérisoire, sous la patine du temps, des habitudes et du quotidien se cache la force d'un combat de l'instant qui fait de chacun·e de nous un·e être d'exception, un·e être particulier·e qui met à contribution tous les moyens dont elle·il dispose pour survivre et exister, ce qui constitue en soi un acte héroïque et louable.

couverture du document
Disponible
Avis

Stress a 37 ans, il est réalisateur et a une idée en tête, concevoir un film sur son quartier « Le panier », ou plus exactement sur ce qu’il était avant la « gentrification », quand sa bande et lui zonaient sur un banc en fumant des joints, un quartier populaire. Celui qui accueillait toute la misère de Marseille, loin des clichés d’aujourd’hui, vitrine de l’office de tourisme.
Stress, il voudrait tirer le portrait de cette époque révolue, retrouver ses potes et leur demander de témoigner, avant que son ancien quartier ne devienne définitivement un Disneyland pour les touristes que vomissent les paquebots chaque jour. Seulement Stress passe ses soirées de fêtes en fêtes vaguement à la recherche de financements pour son projet, parce que le fond du problème c’est qu’il est trop intransigeant avec les autres et pas assez avec lui-même… En attendant, quand il a besoin de thune il filme des mariages orientaux dans les quartiers nord.


Un merveilleux voyage à Marseille et dans le temps, fait d’allers-retours entre la ville d’hier et celle d’aujourd’hui. Une écriture percutante à l’image de ce personnage sans concessions. Un récit qui vous emporte et une force narrative du quotidien, les odeurs, la bouffe, les fringues, la musique, des habitudes et des attitudes décryptées à la loupe. Deux sociétés antagonistes, celle des pauvres d’hier, sans papiers, et des riches d’aujourd’hui, bobos, artistes, Parisiens immigrés, qui cohabitent à quelques années de distance.  Un travail d’ethnographe moderne et une grande histoire d’amour, celle du héros et de sa ville qu’il voit changer, comme lui à l’aube de la quarantaine, et peu à peu oublier son passé. Un magnifique roman empreint de la nostalgie de celui qui quitte son pays malgré lui.

couverture du document
Non disponible
Avis

Trois frères et une sœur très viscéralement soudés vivent dans cette vallée perdue. Ils travaillent comme tous les autres habitants, en totale dépendance de la centrale électrique et du barrage. Le créateur de ce barrage, homme mystérieux et violent règne en tyran. Ses hommes de main font régner la peur et la soumission. Cette tragédie moderne nous questionne sur nos compromissions et sur l'effet de groupe face à une société refusant de remettre en cause ses principes. Mais il y aura toujours des insoumis. Ces courageux grains de sable, qui choisissent le risque plutôt que la peur. Dommage que Bouysse ne développe pas davantage. Malgré une fin écourtée, quel plaisir de lecture ! Une écriture puissante, parfois poétique, somptueuse et vraiment bien maîtrisée.  - Catherine