Aller au contenu principal
Disposition

Conseils lecture

Localisation
couverture du document
Disponible
Avis

Cette bande dessinée biographique traite d'une figure emblématique de l'agriculture écologique : Akinori Kimura. Pas vraiment destiné à devenir agriculteur, Akinori, par les aléas de la vie, va devoir reprendre l'exploitation fruitière de son père. Étonné par le nombre de pesticides à utiliser pour faire de belles pommes, il va dévouer sa vie à trouver des solutions naturelles pour exploiter son verger... quitte à ruiner sa famille. Totale réussite que ce titre japonais sur une personnalité internationale de l'agriculture naturelle et raisonnée, peu connue en France. Il nous entraîne dans le Japon rural des années 50, sous le joug des traditions et de la productivité à tout prix. Pourtant, seul contre tous, un homme va oser proposer une alternative. Captivant et historique !  - Michaël

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

En ces temps de fête et de post-confinement, envie de se (re)faire une beauté ? Eh bien lisez cet album destiné aux plus petits et qui présente un ours polaire jardinier maniant la cisaille comme un pro. Sa tâche du jour le conduit dans sa belle auto orange jusqu'au parc municipal... Grâce à une intrigue narrative originale et à un humour décalé, les enfants comme les parents se reconnaîtront dans les personnages que croise notre ours bonhomme. Les illustrations sont expressives, colorées d'aplats de couleurs restreintes à quelques nuances.
« En beauté ! » est un bel album, tout en simplicité, mais au charme indéniable. Et en plus, c'est une création de l'un de vos bibliothécaires préférés...

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Que se cache-il dans les œufs du manchot empereur, de la seiche ou encore du phasme ?

Cet album documentaire met en valeur une vingtaine d’animaux ovipares et leurs œufs.

C’est l’occasion pour le jeune lecteur de satisfaire sa curiosité grâce à un système de volets à soulever, et de découvrir que d’autres animaux que les oiseaux pondent des œufs.

L’illustration colorée nous montre la beauté de ces coquilles d’œufs et de leurs petits habitants, ainsi que leurs parents préparant leur venue.

Un régal pour les passionnés d’animaux.

N.

couverture du document
Disponible
Avis

Michel est un riche dirigeant d’entreprise qui a taylorisé le bien-être pour se faire des parties génitales en or. Tout a l’air de lui réussir et il se surkiffe, pourtant en grattant bien, il semble quand même y avoir quelques ombres au tableau. Tout d’abord son entreprise est la propriété d’un groupe international qui refrène sa mégalomanie, ensuite il passe ses journées à biberonner du whisky, et enfin son principal partenaire sexuel s’avère être sa main droite. En réalité Michel dans sa tour d’ivoire est bien seul.
Cela lui fait deux point commun avec Lucas qui lui vit reclus dans sa chambre du pavillon de banlieue de ses parents. Lucas s’y est enfermé il y a 7 ans depuis que la pression sociale, la réussite à tout prix et le regard des autres lui sont devenus insupportables.
Quand à Mélanie, elle se remet difficilement d’une énième rupture, sa vie professionnelle stagne et elle zone un peu engluée dans ce marasme quotidien. Sa seule bouée de sauvetage : le « 365 », tiers-lieu altermondialiste où elle cherche vaguement à résoudre les problèmes des autres pour ne pas trop penser aux siens.


Waouh ! là on va bien se marrer pensez-vous et vous commencez à préparer la boîte de Xanax qui vous permettra peut-être d’atteindre la 235ème page. Mais que nenni nul besoin d’antidépresseurs où de Lagavulin 25 ans d’âge pour achever la lecture de cet ouvrage, car quand ces trois-là finissent par se rencontrer tout s’accélère. L’écriture rythmée de l’auteur, sa fine analyse de la société et du genre humain et enfin son excellent sens de l’humour, noir, très noir, rendent ce livre grinçant et sarcastique à souhait.


Un excellent premier roman et comme dirait Michel devant son miroir en paraphrasant Joe Star : « Ça c’est de la bombe bébé ! ».

couverture du document
Disponible
Avis

Stress a 37 ans, il est réalisateur et a une idée en tête, concevoir un film sur son quartier « Le panier », ou plus exactement sur ce qu’il était avant la « gentrification », quand sa bande et lui zonaient sur un banc en fumant des joints, un quartier populaire. Celui qui accueillait toute la misère de Marseille, loin des clichés d’aujourd’hui, vitrine de l’office de tourisme.
Stress, il voudrait tirer le portrait de cette époque révolue, retrouver ses potes et leur demander de témoigner, avant que son ancien quartier ne devienne définitivement un Disneyland pour les touristes que vomissent les paquebots chaque jour. Seulement Stress passe ses soirées de fêtes en fêtes vaguement à la recherche de financements pour son projet, parce que le fond du problème c’est qu’il est trop intransigeant avec les autres et pas assez avec lui-même… En attendant, quand il a besoin de thune il filme des mariages orientaux dans les quartiers nord.


Un merveilleux voyage à Marseille et dans le temps, fait d’allers-retours entre la ville d’hier et celle d’aujourd’hui. Une écriture percutante à l’image de ce personnage sans concessions. Un récit qui vous emporte et une force narrative du quotidien, les odeurs, la bouffe, les fringues, la musique, des habitudes et des attitudes décryptées à la loupe. Deux sociétés antagonistes, celle des pauvres d’hier, sans papiers, et des riches d’aujourd’hui, bobos, artistes, Parisiens immigrés, qui cohabitent à quelques années de distance.  Un travail d’ethnographe moderne et une grande histoire d’amour, celle du héros et de sa ville qu’il voit changer, comme lui à l’aube de la quarantaine, et peu à peu oublier son passé. Un magnifique roman empreint de la nostalgie de celui qui quitte son pays malgré lui.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

C’est l’histoire d’un jeune homme qui a tout perdu. Alors sur les conseils d’un escargot, il décide d’aller voir « celui-qui-sait-tout », un vieil ermite vivant en haut de la montagne. En chemin, il va faire d’étranges rencontres, mais rien ne pourra le détourner de sa quête : retrouver sa chance... Que voici un album étonnant ! Destiné à un public jeunesse, il s’adresse également aux plus grand·es. Certain·es y verront une bonne petite comédie alors que d’autres y décèleront un message beaucoup plus subtil. Car ne vous y trompez pas, ce titre, certes court, invite à une certaine réflexion. La chance, ou par extension le bonheur, sait-on simplement le reconnaître et le saisir lorsqu’il se présente à nous ? Une question bien philosophique qui ne trouvera pas de réponse en seulement  30 planches, mais que ce charmant récit éveille. Pozla illustre son propos de façon dynamique, pas de gaufrier apparent, mais des vignettes sans bord et parfois sans décors donnant rythme et aération. Le trait est également vif, nerveux, rehaussé d’un lavis de couleurs restreintes. « L’homme qui courait après sa chance » fait partie de l’excellente collection jeunesse « Les enfants gâtés » de Delcourt, une histoire complète dans un format de récit court dont les pages très grandes, laissent plus de place à l’émerveillement.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Dans « L’ennui des après-midi sans fin », Gaël Faye nous replonge dans les souvenirs de son enfance. On le découvre petit garçon, quand le mercredi tantôt était sans école. A cette époque dans sa maison il n’y avait pas de télévision, ni d’écran. Alors pour occuper ses heures libres pas d’autre choix que l’imagination. L’enfant trouve mille et une activités, des parties de foot avec les copains, des figurines et des jouets pour s’inventer des univers, un grand jardin…

C’est un très bel album dont l’histoire est en fait la reprise d’une des chansons de l’auteur. C’est un texte poétique, une voix tout en douceur, une mélodie qui nous entraîne à la rêverie et des illustrations pleines pages retraçant avec justesse une atmosphère empreinte de nostalgie.

Dans notre société où il faut toujours aller de plus en plus vite, c’est un réel plaisir de se poser un instant avec ce livre CD.

C’est l’occasion de retrouver avec nos enfants le goût de prendre son temps, de profiter du moment présent, de ne rien faire et de réapprendre à s’ennuyer.

« L’ennui des après-midi sans fin » figure sur le premier album de Gaël Faye : « Pili pili sur un croissant au beurre » sorti en 2014. Il est aussi l’auteur de « Petit pays » publié en 2016 chez Grasset. Ce roman a été récompensé notamment par le Goncourt des lycéens et adapté au cinéma en 2020.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Tendre, mélancolique, le récit de Frantz Duchazeau résonne tel le souvenir d'une enfance, peut-être la sienne, peut-être la nôtre, à jamais envolée. Le récit, et surtout le petit Pierre, sont attachants. Nous les suivons, sans les déranger, dans le périple pour devenir adulte. Limpide et juste, l'histoire est magnifiée par les illustrations de l'auteur, un noir et blanc délicat, limpide et sans fioriture.

Un récit court qui se déguste tranquillement et qui reste en nous en s'éteignant lentement.

couverture du document
Disponible
Avis

Rien ne va plus dans le manoir familial ! Le coucher s'annonce périlleux pour la baby-sitter en charge des enfants. Heureusement, elle peut compter (ou pas) sur l'aide de la mamie et du majordome. Car pour garder Tiffany, Hugo et Maxime, il faut beaucoup de courage. Les enfants, à l'imagination débordante, ont créé un univers de princesses, de monstres et de doudous qui parlent. Mais ces chérubins sont-ils vraiment à l'origine de tout ce fatras ? Panda, Brütor et Kokoala, les soi-disant doudous, ne sont-ils pas eux aussi responsables ? Car dans un monde qui n'a pas de règles, la question la plus importante est de savoir qui, des enfants ou des créatures, est le doudou de l'autre ?

Jardins sucrés est « un drôle de récit drôle » constitué de saynètes. On suit chaque enfant et son doudou, à moins que ce ne soit chaque créature et son doudou, dans des aventures qui leur sont propres, jusqu'à un final en apothéose.  - Michaël



couverture du document
Disponible
Avis

C’est le printemps, cela donne envie de sortir jouer dehors dans la campagne. Trois ami·es, deux garçons et une fille décident de se rendre à la cabane secrète qu’iels ont construit dans les bois. L’aventure commence sitôt le portail franchi.  Les enfants croisent le chien de la voisine qui aboie, les moutons, les champs d’herbes hautes où iels aiment se perdre et prendre le goûter…Tout semble parfait, nos héros·ïnes s’inventent des jeux et des histoires au gré de leur balade.

L’autrice Marie Dorléans, avec des dialogues simples, nous entraine sur le chemin emprunté par le joyeux trio afin de rejoindre leur cachette. Au fil des pages, les paysages et les ambiances changent. Les illustrations sont très réalistes, précises et vivantes. On voit le vent qui se lève, les herbes bouger, le ciel qui s’assombrit… On devine l’orage qui va sûrement bientôt éclater. On sent la peur grandir chez les enfants qui s’accrochent aux herbes et luttent contre les éléments. La joie et l’insouciance du début laisse place à l’angoisse : dans quel état vont-iels retrouver leur cabane ?


« Notre cabane » est un album magnifique qui met à l’honneur la nature, l’amitié, l’imagination et les jeux simples de l’enfance à travers l’escapade des trois personnages.
 

couverture du document
Disponible
Avis

Andrew et Suzie, sa petite sœur, accompagnent leur mère dans ce qui semble être davantage un pèlerinage familial que de véritables vacances. À Kingdom Fields, petite bourgade de bord de mer, il n’y a rien à faire, sinon tromper l’ennui en se créant ses propres souvenirs.⠀

Lire les œuvres de Jon McNaught, c’est redécouvrir et réapprendre les codes de la bande dessinée. C’est se dire que ce média est tellement inspirant et libre qu’il est source d’innovation constante. Cet artiste est de cette trempe, celle des innovateurs : il a compris la force narrative du neuvième art, se l’est accaparé pour nous en proposer sa version, sa vision. Il offre ainsi des œuvres riches en émotions, contemplatives et/ou tout simplement méditatives. Elles sont rythmées par une gestion du temps anormalement lente, de la « slow attitude » pour ainsi dire. Attention, on ne s’ennuie pourtant dans ses histoires, à aucun moment. « L’été à Kingdom Fields » ne déroge pas à la règle et ce qu’on pourrait penser comme un banal récit de vacances est bien plus. Telle une madeleine de Proust, il ouvre une porte sur nos souvenirs, notre passé. Les personnages du récit parlent peu : un ado qui voudrait être ailleurs, une mère qui a besoin de se retrouver et une petite encore innocente, bref, des portraits que l’on connaît, qui nous parlent. Oui, il y a peu ou pas de dialogue, pourtant le récit n’est pas muet pour autant, la bande son est bien présente, sous forme d’onomatopées, elle occupe l’espace scénique à la manière d’un quatrième personnage. Comme dans la vraie vie où les sons et les bruits nous entourent, mais que nous n’entendons plus par habitude, l’auteur les retranscrit et accentue ainsi encore plus cet effet d’immersion. Jon McNaught utilise, pour dessiner son histoire, des gaufriers de 20 petites cases, entrecoupées par moment d’illustrations pleines pages. Il se permet de zoomer sur des détails, écouter des gouttes tomber de la paroi d’une grotte, afin de créer cette ambiance unique. Sa palette de couleur est limitée à un jeu d’ombres et de lumières, oscillant entre des nuances de bleu et de saumon. ⠀

« L’été à Kingdom Fields » est une douceur à savourer autant de fois que possible.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Mais qui est cette mysterieuse Bérengère, qui débarque un beau matin dans la classe de Mehdi et qui a le droit à tous les traitements de faveur ? Une meurtrière recherchée ? Une star du rock ? La fille cachée du roi des Belges ? Mehdi et ses copains vont tenter de mener l'enquête et tenter de découvrir qui se cache derrière cette miss parfaite qui fascine, intrigue, énerve, agace, et finit par mettre toute la classe sens dessus dessous...

    Smadja nous offre un roman court et savoureux, qui se lit d'une traite tant le suspense est bien entretenu. Nous nous attachons facilement à Mehdi, Zoé et leurs copains, grâce à une belle palette d'émotions qui suit nos héros tout au long de l'histoire. Le livre se lit vite car il est court, le vocabulaire et l'intrigue restent accessibles. A réserver toutefois aux lecteurs confirmés ( 9 ou 10 ans).

   Nolwenn

couverture du document
Disponible
Avis

Pauline se fait arrêter en 2014 à Tunis, à l’arrière d’un véhicule de police elle voit défiler la ville, quelques instants suspendus, derniers témoignages de liberté avant de longs mois de détention.

Des tâches de rouille, un mur rouge, lézardé de fissures et cinq bandes noires, larges, implacables : une couverture qui nous plonge immédiatement dans la dureté du monde carcéral. L’insalubrité, l’enfermement, la surpopulation étouffante et les autres dangers permanents, les crimes et le sang : voilà à quoi on s’attend ! Mais, derrière cette image il y a autre chose, un secret qui fait toute la grandeur de ce roman. Au fil des jours d’emprisonnement, des destins qui se dévoilent, ceux des codétenues de l’autrice, des verrous qui sautent au hasard des confessions et soudain, une profonde humanité.
Alors, les larges bandes noires se muent en silhouettes de femmes, plus de barreaux aux murs, des êtres solidaires qui défient l’oppression, celle des hommes, d’une société patriarcale qui les a jetées là, souvent à tort et de façon arbitraire. Dans le sang rouge des crimes on distingue de merveilleux reflets ceux de la lutte, de l’entraide, de la chaleur humaine et de l’amitié.

Plongée dans la torpeur suffocante des journées interminables, l’autrice, dépose sur nos peaux, un murmure, un souffle, une respiration : les récits des vies de chacune de ces femmes, des instants précieux volés à la détention.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis
Un beau roman sur les disparitions volontaires dans le Japon contemporain. Il peut se lire comme une enquête policière, mais il est avant tout d'une grande force poétique. C


couverture du document
Non disponible
Tome
1
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Papa Ours est heureux avec sa fille Elma, ils vivent au jour le jour dans un univers d’amour et de paix. Malheureusement cette quiétude est mise à mal le jour des 7 ans de la petite humaine. Il est temps pour Papa Ours, malgré ses peurs, d’accompagner Elma pour un long voyage... Beaucoup d’émotions se dégagent de ce magnifique album. De par ses illustrations qui sont d’une incroyable beauté. Sur papier coloré, Léa Mazé utilise gouaches, crayons de couleur et encres afin de donner vie et d’insuffler des ambiances particulières à chaque scène. Son trait est fin et délicat, il enchantera bon nombre de lecteurs. Enfin le scénario est mystérieux et tendre à la fois. Nous accompagnons Papa Ours et sa petite Elma dans un voyage dont nous ne connaîtrons pas tout de suite le dénouement (suite et fin dans le tome 2). De très petits indices ponctuent le récit, mais ne laissent pas la place à de hâtives conclusions. Au delà de cette frustration, nous sommes touchés de plein fouet par l’amour que se portent les deux personnages. Les marques d’affections se multiplient aux grés des événements et nous ressentons cette complicité, cette connivence familiale. À regarder Papa Ours perdu dans ses pensées, ses craintes et ses peurs, vous comprendrez qu’Ingrid Chabbert, par son écriture et sa mise en scène, a réussi à rendre ces personnages bien vivants. Tellement vivants que nous tremblons pour eux. « Elma, une vie d’ours » est à n’en pas douter un futur classique de la bande dessinée jeunesse.  - Michaël

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Le canapé de Panda et Pingouin est vraiment trop vieux. Ils décident donc d’aller au magasin afin d’en acheter un nouveau. Parmi la multitude de modèles proposés, le choix s’avère bien compliqué… Nos deux amis arriveront-ils à trouver la perle rare ?


À travers des illustrations « simples », crayonnées aux pastels, cet album évoque la surconsommation de notre société, ainsi que la relation d’attachement aux objets qui nous sont chers.
Comme le dit si bien Fifi Kuo « Les choses que l’on possède déjà peuvent parfois être les plus parfaites ! »