Aller au contenu principal

Tous les avis de

Nom d'utilisateur·rice :
Nolwenn

Marco est un renard qui se pose plein de questions sur le vaste monde.  Pourquoi les arbres de parlent pas ? Où va le soleil lorsqu’il disparaît dans l’océan ? Mais lorsqu’il pose la question à ses camarades renard, ceux-ci lui répondent : « mais quel est le rapport avec la blanquette de poulet que nous sommes en train de cuisiner ? »

En quête de réponses, et de sens à sa vie, Marco le renard s’embarque pour un voyage presque sans retour à bord du bateau-cerf. Pour compagnons, il aura un équipage drôlement constitué : des cerfs et des biches qui ne savent pas naviguer, des pigeons qui ont soif d’aventure mais ne savent pas travailler… que va trouver Marco au bout de son aventure ?

A travers cet album, Dashka Slater nous embarque dans une histoire erratique, qui balance le lecteur au gré des questionnements de Marco le renard et des aventures qu’il vit à bord du bateau-cerf. Le récit fait la part belle à l’amitié qui se noue entre les protagonistes : comment faire pour trouver un ami ? se demande Marco. L’histoire lui réponds de plusieurs manières : autour d’un repas, d’une aventure en commun, ou tout simplement en lui posant des questions…

Les illustrations des frères Fan nous rappellent une époque pas tout à fait révolue de la littérature jeunesse : celle d’un dessin assez réaliste, friande d’anthropomorphisme, fourmillant de détails. Les couleurs assez sombres, dans les tons gris / marron, donnent une ambiance mélancolique à l’histoire.

Nos trois auteurs nous offrent un album surprenant, onirique et philosophique, laissant de nombreuses questions ouvertes ; A charge au lecteur, petit ou grand, d’y apporter les réponses qu’il veut. 

Une mère s’adresse à son enfant tout au long de son premier jour de classe. Elle évoque leur séparation, et toutes les activités qu’elles feront chacune de leur côté. Toutefois, elles seront liées ensemble par le fil des pensées qu’elles s’enverront durant la journée.

Cet album permet d’aborder le sujet de la séparation avec beaucoup de poésie, et de rassurer l’enfant lors de son entrée à l’école. Il trouve son originalité dans le parallèle fait sur chaque double page : on y voit d’une part la maman au travail, et de l’autre, la petite fille dans sa classe.

Les illustrations au crayon de couleur et le choix des couleurs pastel apportent beaucoup de douceur à l’album. Cela crée une ambiance feutrée, comme un cocon, qui apaise et rassure. On ressent à travers les personnages de la maman et de la petite fille toute la tendresse et l’amour qui transcende les lieux et qui les lie tout au long du récit.

« Peu importe où tu seras… Je penserai à toi. Je t’enverrai un bisou. Tu me le renverras »

Quelle est la couleur "Caterpillar" ? Quelles différences y a-il entre le rose crevette et le rose layette ? Pourquoi le "Brun de momie" s'apelle-il comme cela ? Heureusement, Crushiform et son Colorama sont là pour répondre à toutes les questions que vous ne vous posiez pas sur le monde merveilleux des couleurs, par un travail graphique et editiorial de très grande qualité.

 

Une pancarte annonce : « Chers amis insectes, montez donc !  Une surprise vous attend en haut. » Les amis insectes se mettent alors bien volontiers à grimper sur le mur, les uns à la suite des autres... Dans cet album au format original - vertical - Tomoko Ohmura retrouve son genre de prédilection : les séries, les accumulations, les files d’attente avec un final inattendu. Après avoir abordé les thèmes des véhicules ou encore du chantier, elle s’attaque à une autre passion des petits : les insectes. Ces derniers, numérotés et organisés du plus petit au plus grand, ont tous un petit commentaire à faire dans cette file d’attente pour le moins surprenante. Les illustrations, documentées, rendent très précisément l’aspect de chaque insecte, avec justesse. Les enfants, fins observateurs, auront plaisir à regarder cet album plusieurs fois afin de capter les fourmillants détails qui le composent.

En vidant les poches d'Alice, qu'est-ce que vous y trouverez ? une clé ? une tasse de thé ? et celle du petit chaperon rouge, assurément une belle galette et quelques fleurs cueillies au bord d'un chemin...

C'est en vidant les poches de son petit garçon, un soir, et en s'imaginant sa journée, qu'Isabelle Simler s'est demandé ce qu'on trouverait dans celles de nos personnages préférés... Grâce à une illustration bien maîtrisée, et une imagination débordante, cet album nous fait (re)découvrir les contes... à sa façon !

Nolwenn

Dans l'ombre, un éléphant reste allongé, toute la journée, rempli de chagrin. Les autres animaux se mettent en tête de le divertir : ils lui racontent des blagues, lui font un numéro de swing-cancan ou lui apportent son plat préféré, de délicieuses feuilles d'acacia. Mais rien n'y fait : l'éléphant reste dans l'ombre, muet, maussade. Quand un jour, une petite souris vient s'assoir à côté de lui. Elle ne cherche pas à distraire ou à consoler l'éléphant, elle veut juste être à côté de lui pour se reposer un petit peu... et lui raconter son histoire. A travers cet album, Nadine Robert et Valerio Vidali nous parlent d'un thème peu commun en littérature jeunesse : celui de la dépression. Sans moralisme et sans aborder le sujet avec des réponses toutes faites, c'est plutôt avec douceur et subtilité que .le duo s'empare de la question Au début de l'album, l'opposition est marquée entre l'éléphant, dans l'ombre, seul avec son chagrin et sa douleur, et les autres animaux qui figurent sur des pages colorées, en plein soleil. L'arrivée de la souris est marquée par une palette de couleurs plus nuancée et coïncide avec le coucher de soleil et le lever de lune, qui se transformera en clé à la fin du récit, comme annonciatrice d'un nouvel espoir. La technique de l'illustration et de la colorisation utilisée, inspirée du pointillisme, apporte de la douceur au propos. Ce bel album doux nous rappelle qu'il n'y a pas de recette miracle pour faire face à la tristesse des autres. Parfois, ce qui est nécessaire, c'est de tomber sur la bonne petite souris.

Saviez-vous que l'ocelot sert parfois de repas à ses cousins plus gros que lui ? que les jaguars rivalisent avec Usain Bolt au sprint, mais aussi avec Florent Manaudou à la nage ?

Un style graphique original et maîtrisé, des explications claires et souvent surprenantes : que vous aimiez les félins ou non, ce très bel album documentaire se déguste, pour petits et grands.  Nolwenn

Le roi a vu un dragon, non loin d’ici. Tant qu’on ne l’a pas vaincu, il ne voudra pas aller au lit. Alors trois de ses chevaliers s’en vont le chasser. Mais ces valeureux personnages ne voient pas très bien dans la nuit et confondent le féroce dragon avec tout ce qu’ils peuvent croiser : des lapins, des oiseaux ou même des ours…

L’humour de cet album réside dans un jeu d’illustrations en ombres chinoises et dans les erreurs à répétition que commettent nos courageux, mais pas très malins, chevaliers. En effet, la nature a décidé de leur jouer des tours et la nuit, tout prend la forme d’un dragon. Le niveau de lecture simple et accessible est à hauteur d’enfants pour les faire rire aux éclats aux dépends de nos trois énergumènes.

Les illustrations, tantôt sombres, tantôt colorées, offrent un rythme joyeux à l’ensemble. Elles fourmillent de petits détails à observer, qui ajoutent de la profondeur à l’histoire, comme les accessoires que tiennent nos chevaliers par exemple.

Si le concept des ombres chinoises a déjà été bien exploité dans la littérature jeunesse, cet album utilise cette technique avec beaucoup de justesse, tout en dépoussiérant par la même occasion les histoires de chevaliers ; pour le plus grand bonheur des petits et des grands.

Nolwenn

Quand son papa n’est pas là, petit renard trouve la vie moins belle. Le chocolat est moins bon quand il n’est pas préparé par son papa. La balançoire va moins haut quand elle n’est pas poussée par son papa et qui va le réconforter quand il fait un cauchemar ? Heureusement, maman renard est là pour sauter dans les flaques, faire des ricochets où encore préparer de supers anniversaires… en attendant la fin de la semaine, qu’il revienne !

A travers cet album plein de douceur, Joris Chamblain (Les carnets de Cerise) et Lucile Thibaudier (Enola et les animaux extraordinaires) abordent un thème récurrent en littérature jeunesse, mais néanmoins incontournable : la séparation. A travers les pages, le lecteur s’émeut de la relation très forte qui lie le petit renard et son papa. Petit à petit, on se rends compte qu’il n’est malgré tout pas seul et que grâce à sa maman, la semaine passe relativement vite, avant le week-end tant attendu.

Les illustrations en aquarelle de Lucile Thibaudier retranscrivent les émotions de petit renard, sa tristesse et sa mélancolie, de manière très touchante. Le cadre automnal des décors apporte un sentiment de « cocon » vis-à-vis du lien fort qui existe entre le petit renard et sa maman, qui fait tout pour lui rendre le sourire.

Cet album parlera beaucoup aux familles dont un des parents doit s’absenter pour raisons professionnelles et permettra d’aborder le sujet avec beaucoup de délicatesse.  - Nolwenn

Un village vit au milieu des plaines enneigées, meurtri par le souvenir de la grande guerre, qui a opposé l’hiver dernier les hommes contre les loups affamés. Aucun loup n’a été revu depuis, mais hélas aucun homme n’est jamais revenu de cette terrible bataille. Lorsqu'un jour, un hurlement retentit par-delà la forêt, dans le village tout le monde tremble d’effroi.
Milo, l’apprenti archer le plus courageux, sait ce qu'il lui reste à faire : aller traquer ce dernier loup, par-delà les forêts et la montagne. Un voyage long et initiatique s’engage alors pour Milo. Le dernier des loups est un très beau conte sur la peur de l’inconnu, le respect de la vie sauvage et la cause animale. Cet album est l’occasion de rappeler subtilement qu’il n’y a pas si longtemps, les loups ont failli disparaître du territoire français et qu’encore aujourd’hui, ils ne sont pas toujours vus d’un très bon œil. Les illustrations de Justine Brax sont à couper le souffle : l’omniprésence du bleu et de l’argenté nous rappelle le froid de ce pays lointain et imaginaire, nous dépaysant à chaque page. La couleur rouge apparaît au fur et à mesure que la chasse se joue. Le grand format de cet album permet de se plonger avec grand plaisir et un peu d’appréhension au cœur de la forêt glacée qu’arpente le héros. Cette fable écologique aux textes poétiques, poignants et aux illustrations exceptionnelles feront le bonheur et l’émerveillement des enfants (à partir de 6 ans).  - Nolwenn