Aller au contenu principal

Tous les avis de

Catherine
Né·e le :
23/08/1959
Nom d'utilisateur·rice :
00790
Fin de l'abonnement le :
12/11/2022

Tradition ancestrale des Balkans :"les vierges jurées". Ces femmes qui faisaient voeu de chasteté - souvent pour échapper à un mariage forcé - renonçaient à leur vie de femme. Elles étaient acceptées en tant qu'hommes et participaient aux prises de décision du village.
Voilà le destin tout tracé de Manushe. Mais un jour, arrive un étranger et toute sa féminité refoulée va s'éveiller. S'ensuivent les troubles que l'on peut imaginer et bien plus...
C'est la première partie du livre. La suite va de rebondissement en rebondissement pour nous livrer un très beau premier roman.
L'ambiance de neige est si bien décrite qu'on ressent le froid et la rudesse du quotidien. Une découverte que le monde de ces femmes à qui il a fallu tant de courage pour traverser tellement d'épreuves ! 
Un réel coup de coeur           C.

C'est avec impatience qu’on ouvre le dernier roman de Maylis de Kerangal, tant nous étions nombreux à apprécier les précédents comme « Naissance d'un pont » , « Réparer les vivants » sans oublier « Tangeante vers l'Est »...Cette fois, ce sont 8 récits qu'elle nous livre dont « Mustang », le plus long , est le point d'orgue. Dans chacun de ces textes, il est question de la voix. Des voix de femmes dans des moments déstabilisants de leur vie. C'est par exemple cette maman qui s'installe au Colorado avec sa famille. Elle ressent un fort dépaysement, alors que son mari s'est formidablement adapté au point que le timbre de sa voix a changé. C'est aussi, dans une autre de ces nouvelles, une jeune fille qui prend un coach pour changer «sa voix de chiotte » trop aiguë. Il y a aussi des voix qui rappellent des souvenirs. Si, d'ailleurs, vous ne lisiez pas toutes ces nouvelles, je vous recommande « Un oiseau léger », à mon sens la plus belle, la plus émouvante.
Maylis de Kerangal, a une fois encore, réussi à nous séduire. Il ne faut pas chercher un début, une fin, mais plutôt se laisser porter d'un récit à l'autre, embarqué dans ces « canoës » et goûter cette plume qui saisit merveilleusement bien le flou des émotions, tout en finesse. Catherine

Beaucoup de tensions sur l’île où vit Léni. Sa femme l’a quitté, emmenant leur fille avec elle, l'entreprise où il travaille bat de l'aile et... un pont va relier l'île au continent. Cette nouvelle scinde la population en deux, les pro et les anti pont. L'auteur dresse un portrait de ces hommes de la mer dont le métier devient précaire et qui aiment se retrouver après le travail au bar du village, au son de l’accordéon. Le pont, on ne parle que de ça ! Ce « monstre » divise, attise les colères, fait craindre le changement, la fin du ferry, les invasions de touristes sur leurs terres préservées. Léni ne s'implique pas, il a aussi d'autres tourments. Heureusement il y a la mer, qui console, qui lui donne un sentiment de liberté !
L’atmosphère marine est prégnante. La construction du pont, en cinq phases structure le récit, en est le fil conducteur. Au fur et à mesure de l’avancée des travaux, les tensions montent avec en toile de fond, la symbolique du pont entre deux rives, qui, en amour comme en amitié, peut apporter le bon comme le mauvais.
Un roman plaisant, aux nombreux dialogues. A sa lecture, on ne peut s'empêcher de penser à ce qu'on dû vivre les insulaires de l’île de Ré en pareille situation !
Les scènes où les habitants se retrouvent dans ce café chaleureux m'ont rappelé Les déferlantes de Claudie Gallay. Catherine

Le 17 mars 2020, en pleine crise du COVID-19, le président de la République annonce pour des raisons sanitaires le confinement du peuple français, et cela pour une durée encore indéterminée. Pour José, Caro et leurs enfants va commencer une nouvelle expérience de vie, ou comment passer ensemble 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans perdre la tête.

Fortu, comme à son habitude, nous livre un témoignage très personnel sur son vécu de cet isolement. Bien évidemment, l’humour est le moteur de cette œuvre, mais sous des aspects « blaguaire », il pousse à la réflexion et nous interroge sur notre société et nos modes de consommation. Il nous met devant nos contradictions sans s’exclure lui même de l’équation. « Journal d’un confiné » est un titre humoristique qui peut être lu par tous. 55 gags réalisés en temps réel, une véritable performance d’auteur qui est à signaler. L’Espace COOLturel est heureux de vous faire découvrir ce titre en exclusivité. Nul doute qu’il sera au-delà, une œuvre de référence.  - Michaël

Trois frères et une sœur très viscéralement soudés vivent dans cette vallée perdue. Ils travaillent comme tous les autres habitants, en totale dépendance de la centrale électrique et du barrage. Le créateur de ce barrage, homme mystérieux et violent règne en tyran. Ses hommes de main font régner la peur et la soumission. Cette tragédie moderne nous questionne sur nos compromissions et sur l'effet de groupe face à une société refusant de remettre en cause ses principes. Mais il y aura toujours des insoumis. Ces courageux grains de sable, qui choisissent le risque plutôt que la peur. Dommage que Bouysse ne développe pas davantage. Malgré une fin écourtée, quel plaisir de lecture ! Une écriture puissante, parfois poétique, somptueuse et vraiment bien maîtrisée.  - Catherine

 

Elevée par ses grands-parents alcooliques, Soizic décide à 22 ans, de « monter à Paris ». Elle va y connaître la vraie précarité, la solitude. Mais elle rencontre un cousin qui va lui mettre le pied à l’étrier en acceptant qu’elle le remplace en tant que bouquiniste : ce qu’on appelle dans le jargon de ce métier « ouvre-boîte ». Cette petite subtilité de langage poétique donne un peu le ton du texte. Même si l’on croise beaucoup de personnages désenchantés pour qui l’alcool est très présent (des chats éraflés), ce premier roman est passionnant car on y découvre avec Soizic les différentes facettes de ce métier parisien ; Plaisant pour l’ambiance des quais de Seine avec son défilé de passants et enfin, le parcours de cette jeune femme qui cherche à comprendre pourquoi sa mère l’a abandonnée. Camille Goudeau aurait pu écrire un « feel good » mais il n’en est rien. Son personnage oscille de la rage, la rancune au besoin d’affection mais ne fait aucune concession tant elle tient à sa liberté.
Un bon roman, plein d’énergie !

Réchauffement climatique,révolution numérique,intelligence artificielle,et immortalité. L'auteur, tout en jouant avec les codes du roman d'anticipation, nous met en garde contre une socité du tout numérique  et de profit au dépens de l'humain. Le récit n'est qu'un prétexte pour endre compte de l'avancée du pouvoir des GAFA. A lire de toute urgence.  - Catherine
 

 

Nous sommes en 2042. Des catastrophes naturelles ont eu lieu et les autorités sont passées à une transition écologique radicale. A travers la vie de Lisa, on découvre la vie quotidienne régie par les nouvelles technologies : drônes absolument partout qui contrôlent les moindres faits et gestes. En parallèle, le journal intime de la mère qui ne s’est jamais remise d’un amour perdu d’adolescence .Lisa cherche ce qui se cache derrière la mélancolie de sa mère qui n’a jamais su l’aimer. Ce roman d’anticipation dénonce les systèmes totalitaires et les états policiers. Ce n’est pas sans rappeler le Big brother de 1984 mais quand le roman d’Orwell est paru en 1949 c’était de la science-fiction  alors qu’à la lecture de La mer monte, au ton, malgré tout humoristique, on prend conscience qu’on est déjà propulsé dans ce monde connecté
A lire absolument  - Catherine

Ce roman nous parle du cachemire qui est devenu une manne pour les chinois peu scrupuleux; Des coutumes ancestrales, de la culture des nomades mongols vouée à disparaître. L'écriture est sensible, et nous offre de très beaux passages à la hauteur de la beauté de la steppe, et de la beauté des belles matières, à l'image du cachemire. C'est aussi une belle histoire d'amitié, de reconnaissance et de liberté. Je vous invite donc à partir aux côtés de Bolormaa, l'héroïne de ce beau roman.  - Catherine
 

 

Une saga familiale dans la Grèce de 1940 à la période contemporaine. Thémis, le personnage principal livre à ses petits-enfants son passé de combattante contre la dictature des "colonels". Eux qui la croyaient apolitique tant elle s'est fabriqué une autre vie pour protéger les siens. L'occasion de visiter cette période de la Grèce. Une réflexion sur l'engagement, les liens familiaux. Les personnages sont plus qu'attachants, la lecture fluide et passionnante, qu'on ne lâche pas, comme souvent avec la belle plume de Victoria Hislop.   - Catherine