Aller au contenu principal
Disposition

Conseils lecture

Localisation
couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Ciprian et sa famille sont des « Ursaris », des dresseurs d’ours. Ils gagnent misérablement leur vie en se produisant dans les villages roumains. Là-bas ils sont peu considérés, voire détestés et maltraités. Piégés par la mafia locale, ils se retrouvent clandestinement en France, à Paris, où il doivent « travailler » pour le compte de ces crapules. Loin de l’idée qu’ils se faisaient de notre pays, ils vont alors toucher le fond et devoir s’humilier pour survivre. Pourtant une lueur d’espoir va naître lorsque Ciprian découvre par hasard un jeu inconnu : les échecs... Adaptation du roman éponyme de Xavier-Laurent Petit, « Le fils de l’Ursari » trouve son inspiration dans notre réalité ; il condense deux faits réels, afin d’en extirper un récit tendre et brutal. L’auteur dénonce l’exploitation humaine et l’inaction de nos politiques face à un système mafieux. Tous cela engendre de la méfiance et bien évidemment la haine de l’autre. Le récit n’est pas triste pour autant car l’auteur nous parle de bonté, de valeurs et du coup d’espoir. Ce récit est un message d’ouverture d’esprit. Il s’adresse aux enfants, à partir de 9 ans, mais a très bien sa place dans les titres pour adultes, tant il est efficace et engendre la réflexion. A sa sortie, le roman a gagné le Prix Sorcières 2017 et le Prix des Lycéens allemands 2018. Nul doute qu’avec cette adaptation en bande dessinée, plus que réussie, le récit a encore de beau jour devant lui et va toucher un plus large public.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Aaron est un jeune étudiant à l’histoire a priori banale. Bien élevé et entouré de ses proches, il ne fait pas d’histoire, ne fait parler de lui. On pourrait presque dire qu’il a tout pour être heureux. Cependant, en silence, il souffre d’un mal inavouable…

« Aaron » est un titre dérangeant, troublant. Prise de risque indéniable de la part de l’éditeur et de son auteur, le récit traite avec beaucoup de pudeur de déviance sexuelle. Le sujet, certes malaisant, est amené avec beaucoup de délicatesse grâce à une construction narrative d’une extrême lenteur. Les illustrations, cloisonnées dans un gaufrier pour l’essentiel de 12 cases par page, sont d’une remarquable réalisation. Tout en finesse et en précision, elles insufflent dès les premières pages une atmosphère particulière à l’album, une tranquillité, un calme avant la tempête.

L’auteur ne juge pas, ne questionne pas, ne donne pas de remède, il nous permet simplement d’être les témoins d’un instant de vie déchirée. Aussi nous ne connaîtrons ni les prémices, ni la fin de l’histoire d’Aaron, simplement ce bref aperçu d’un homme qui se perd.

Brillant de bout en bout, cette bande dessinée est puissante, intelligente et interpelle. À lire tout simplement.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Des enfants et leur professeur s’en vont en classe verte. Verte ? Grise plutôt ! Car notre petit groupe part visiter la lune ! Pendant que ses camarades et son enseignant explorent cet astre, une petite fille, un peu lunaire justement, en profite pour croquer la terre vue de son satellite et finit par s’assoupir. A son réveil, la classe est repartie sans elle ! C’est alors qu’elle va faire une bien étrange rencontre… Classe de Lune est un album sans texte, poétique, qui prends son temps pour nous parler de contemplation et d’imagination. Les illustrations à la peinture supportent efficacement le récit et le contraste en noir et blanc des paysages lunaires permettent de détacher les petits détails de la rencontre du 3e type qui se déroule sous nos yeux. Avec notre petite héroïne, nous traversons merveilleusement toutes les émotions qu’elle peut ressentir grâce à une illustration subtile et maîtrisée : la peur, la curiosité, la mélancolie… De plus, John Hare réussit le tour de force de ne pas utiliser les expressions faciales car notre petite astronaute garde sa combinaison spatiale pendant presque toute l’histoire. Enfin, le thème original (une classe verte sur la lune, qui n’en rêverait pas ?) ravira les enfants,  petits et grands, qui ont la tête dans les étoiles.

couverture du document
Disponible
Avis

A la manière des grand·es explorateur·rices du 19ème siècle, Philibert Humm nous narre ici l’extraordinaire voyage qu’il entreprit en l’an de grâce 2018, afin de rallier Paris à Honfleur par voie fluviale. Comment au péril de sa vie lui, Philibert dit « le capitaine », et son magnifique équipage : Waquet dit « Major » et Adrian dit « l’Escopier », dit également « Bobby », s’en allèrent un beau matin d’été à la rencontre des peuplades sauvages qui habitent les bords de Seine.

Dans ce récit tout en second degré et en autodérision, nous suivons avec grande délectation les aventures rocambolesques de ces trois pieds nickelés de la génération Y. Nous découvrons au détour des méandres du fleuve une galerie de personnages attachants et atypiques, et nous nous enrichissons des multiples anecdotes historiques et géographiques toujours fort à propos (enfin non pas vraiment), dont l’auteur nous abreuve sans modération.

Un roman d’une grande fraicheur, décalé et particulièrement drôle. Un vent léger, assoupi au bord de l’eau, la nuque baignée par le cresson et au loin les oiseaux, qui rient, qui rient...

Pour poursuivre ce voyage je vous invite également à découvrir le magnifique film de Bruno Podalydès « Comme un avion ».

couverture du document
Disponible
Tome
3
Avis

Selon sa tante, Miyo est une bonne à rien, pourtant elle va réussir à décrocher un emploi dans la boutique de M. Momotoshi, un marchand excentrique spécialisé dans l’importation de toutes sortes de babioles. Une nouvelle vie commence donc pour la jeune orpheline qui va devoir apprendre de nouveaux codes de conduite mais également mettre à profit son talent de divination... Que voici un manga fort sympathique qui devrait trouver un plus large public que celui habitué au genre. Nous sommes sur un récit de type « seinen », destiné aux adultes, mais qui présentement peut être lu par un plus jeune public tant l’histoire est délicate et délicieuse. Nous suivons donc Miyo, tendre et attendrissante avec ses côtés un peu gauche et sa timidité propres aux personnes ayant été dévalorisées dans leur enfance. Même si cela ne constitue pas la trame principale, on devine que Miyo va s’épanouir en trouvant écoute et stimulation auprès de cet étrange M. Momotoshi. Cette intrigue, qui sera le fil conducteur de cette œuvre en 6 volumes, est distillée dans les nombreuses histoires que nous proposent le manga. Les différents chapitres proposent à chaque fois la découverte d’un objet occidental de la fin du 19e siècle et une fiche explicative de son fonctionnement. Loin d’avoir livré tous ses secrets dans ce premier volume, nous attendons avec impatience d’en savoir plus sur le don de divination de Miyo, qui devrait par la suite se montrer d’une extrême importance…  - Michaël

couverture du document
Non disponible
Tome
1
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

Apprentie voleuse, Lilya n’est employée par la guilde que pour de menus larcins. Ce qu’elle voudrait par dessus tout, c’est une vraie mission, périlleuse et pleine de mystères ! Le maître des voleurs ne l’estime guère et ne lui montre aucune confiance, alors pour montrer ses aptitudes, elle prend l’initiative de mener à bien une mission qui ne lui était pas destinée. Bien que courageuse et dégourdie, elle va vite comprendre que le monde est empli de sombres mystères et qu’il y a des forces obscures à ne pas réveiller si l’on n’y est pas préparé, sous peine d’anéantir toute forme de vie sur terre... De l’action et encore de l’action sont les fers de lance de cette série jeunesse qui nous vient tout droit de Finlande, le pays des « Mounines ». Elle s’installe sans contestation possible parmi les titres d’aventures les plus efficaces du moment. Le récit est haletant, ménageant des ambiances tour à tour inquiétantes et rassurantes, des scènes de réflexion suivies de pure bastonnade. La trame de fond nous tient en haleine, car comme notre jeune héroïne nous enchaînons les événements sans en connaître les répercussions, souvent disproportionnées. Janne Kukkomen distille également beaucoup d’humour en Lilya, rêveuse au grand cœur et au caractère bien trempé, les enfants vont l’adorer ! L’illustration est maîtrisée, mais de facture plutôt classique. L’originalité vient du découpage et du peu de case par planche. Ce procédé permet ainsi à l’auteur de donner du rythme et d’aérer son récit, facilitant la lecture et la compréhension de l’œuvre. Voici un « page turner » façon bande dessinée jeunesse à dévorer, mais sans vous presser...  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Ce matin Pablo l’éléphanteau est triste, il ne se trouve pas beau et voudrait changer de couleur, en finir avec le gris. Il profite d’une balade dans la savane avec son ami l’oiseau, pour lui demander son avis concernant le pelage qui lui irait le mieux. Sur chaque double page, nous découvrons la nouvelle envie de Pablo (girafe, serpent, vache…) accompagnée de la réaction de son compagnon. Le fil de l’histoire est très simple à suivre et crée l’impatience de voir la prochaine transformation. Les illustrations sont  colorées et dynamiques. Ce duo improbable apporte une véritable bonne humeur.
Cet album plein de tendresse est très touchant et drôle. Il nous rappelle, au travers des personnages, nos inquiétudes et questionnements vis-à-vis du paraître et de la quête d’identité. Serions-nous plus belle·aux, plus apprécié·es sous une autre apparence ? Ces pensées concernent aussi la vie des enfants.
L’amitié est également bien présente entre les deux héros. Le petit oiseau n’hésite pas à donner son avis à Pablo avec sincérité quitte à parfois le vexer.
Finalement, le plus important est d’être entouré·e par l’amour de ces proches, quels que soient nos choix.

couverture du document
Disponible
Avis

La bande dessinée, riche en récits originaux, permet également, par le biais de l'adaptation, de faire découvrir des récits issus d'autres médias. "Le quatrième mur" est à la base un roman de Sorj Chalandon, que personnellement je n'aurais, je pense, jamais lu. Dommage, je serais passé à côté d'une oeuvre incroyable, ode héroïque célébrant tout à la fois la fraternité, le courage d'une jeune femme, l'art et la liberté.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Lou a 50 ans. Antiraciste, bouddhiste et ancien professeur d’université, il est aujourd’hui chauffeur de taxi dans le Mississippi protestant et conservateur du Ku Klux Klan. Bien sûr Lou a tout du anti-héros, il est forcément aigri (on le serait pour moins que ça), légèrement tendu (faut dire qu’il s’enquille des journées de 12 à 15 heures dans une caisse pourrie en buvant du Redbull) et passe donc son temps à faire des doigts d’honneur à tout-va (ce qui vous me direz n’est pas très politiquement correcte pour un bouddhiste).

Donc Lou pourrait-être un abruti lambda vulgaire, détestable et violent car sa situation personnelle n’est vraiment pas reluisante et qu’il faut bien trouver un exutoire quelque part. Mais Lou est tout l’inverse car il est plein de paradoxes et que fondamentalement il est dépourvu de méchanceté mais pas de dérision. C’est ce qui rend ce personnage fort attachant et c’est pour ça que je vous invite à partager quelques courses avec lui.

Partez à la rencontre de passagers plus déglingués les uns que les autres, à la découverte de l’Amérique ultra-libérale et de ses laissés-pour-compte ! Laissez-vous conduire par Lee Durkee, à la manière d’un John Fante ou d’un William Faulkner contemporain, sur les routes désargentées du Sud des Etats-Unis !

Dans le même esprit je vous invite, également, à découvrir l’œuvre de John Fante et notamment « demande à la poussière » et à voir « Taxi Driver » de Martin Scorsese ou « Taxi Blues » de Pavel Lounguine. Enfin, Rayon BD vous pouvez aussi emprunter à la Médiathèque « Taxi ! » d’Aimée De Jongh et « Yellow Cab » de Chabouté (adapté du roman éponyme de Benoît Cohen).

Bon voyage au pays de Donald et Mickey sous méthamphétamine (âmes sensibles s’abstenir).
 

couverture du document
Disponible
Avis

Souvent on me demande si nous avons des « romans graphiques », ce à quoi je réponds systématiquement : « De la bande dessinée, mais bien sûr ! ». Vous l'aurez compris, pour moi ce terme est souvent inapproprié et est surtout employé pour se détacher du terme générique « bande dessinée » qui véhicule malheureusement encore aujourd'hui de nombreux clichés. Mais il arrive parfois qu'entre nos mains nous détenions un livre hybride, doté d'un délicat mélange de textes et d'illustrations, imbriqués les uns aux autres et ne pouvant exister l'un sans l'autre. « Radioactive » fait partie de ces livres qui sont le parfait exemple de ce qu'est le vrai « Roman graphique ». Son esthétisme, son partie pris graphique, composé de peintures, de photographies et de cyanotypes en fait une oeuvre éblouissante et inspirante. Son propos, une biographie de Marie et Pierre Curie, est passionnant. Nous suivons ce couple hors du commun, de leur rencontre jusqu'à leur mort. Nous réalisons la grandeur de leurs travaux, de leurs découvertes et comprenons pourquoi encore aujourd'hui, ils sont admirés dans le monde entier. Certes par moment, le texte peut paraître technique, scientifique, mais il reste tout de même abordable. Le fil conducteur de l'oeuvre est de mettre en parallèle deux forces invisibles, la radioactivité et l'amour, cela fonctionne plutôt bien, même si scientifiquement parlant, elles ne sont pas comparables. « Radioactive » est une oeuvre rare, exigeante et profondément humaine qui a été le premier roman graphique sélectionné dans la catégorie non-fiction du National Book Award.

Avis

couverture du document
Disponible
Avis

Gilles Rochier est un auteur autodidacte, arrivé sur le tard en bandes dessinées. Dix ans après ses débuts, il décroche en 2012 le prix Révélation à Angoulême pour TMLP. Son leitmotiv : nous conter la banlieue, sans pathos ni exagération. Cette fois-ci, nous faisons la connaissance de Tonio, qui erre dans le quartier en fauteuil roulant, en attente d’une opération qui lui retirera la seule jambe qu’il lui reste. Enfant, il était un véritable casse-cou ne refusant jamais un défi. Ce parallèle entre présent et passé nous permet de comprendre la personnalité quelque peu marginale de Tonio, ainsi que celle de son ami d’enfance, prêt à tout pour l’aider. Mais Tonio part en roue libre... Comment faire pour le sortir de cette colère qui ne le lâche plus depuis son accident, lui que la douleur tenaille chaque jour et que le spectre de son opération terrorise ? Une histoire qui respire l’authenticité, sans doute parce que l’auteur ne se contente pas de nous raconter la banlieue, il y vit... Gilles Rochier, avec ce titre touchant, nous donne une véritable leçon de vie et d’amitié, bien loin des clichés habituels sur les banlieusards.  - Michaël

couverture du document
Disponible
Tome
1
Avis

1939, l’Allemagne et le nazisme envahissent la Pologne et plongent l’Europe dans les ténèbres.  À Varsovie, les personnes de confession juive sont parquées dans une zone : le Ghetto de Varsovie. Il y règne la famine et le désespoir. Irena Sendlerowa, travailleuse sociale, intervient quotidiennement dans le ghetto, apportant nourriture et vêtements. Son humanité et son courage la poussent à sauver des enfants juifs en les faisant s'échapper du ghetto par différents subterfuges, au péril de sa propre vie... Loin des histoires fictives et parfois potaches destinées traditionnellement à la jeunesse, les éditions Glénat nous proposent un récit poignant sur une héroïne bien réelle. Irena Sendlerowa, Juste parmi les nations, a sauvé pas moins de 2500 enfants des griffes de la folie humaine. Son courage est mis en lumière par le travail formidable d’un trio d’artistes conscient de réaliser une œuvre salutaire et d’utilité publique. Ce récit est certes par moment difficile, on y comprend des scènes de tortures, on y côtoie la haine et la mort, mais également l’espoir d’une humanité si fragile. Mettre en avant auprès de nos enfants l’histoire vraie de héros de l’ombre ne peut être que bénéfique. Trop peu exploités, ces récits sont pourtant sources de valeurs positives et de modèles à suivre. Apprenons le bien avant le mal et le monde s’en portera peut-être mieux...  - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Beaucoup de tensions sur l’île où vit Léni. Sa femme l’a quitté, emmenant leur fille avec elle, l'entreprise où il travaille bat de l'aile et... un pont va relier l'île au continent. Cette nouvelle scinde la population en deux, les pro et les anti pont. L'auteur dresse un portrait de ces hommes de la mer dont le métier devient précaire et qui aiment se retrouver après le travail au bar du village, au son de l’accordéon. Le pont, on ne parle que de ça ! Ce « monstre » divise, attise les colères, fait craindre le changement, la fin du ferry, les invasions de touristes sur leurs terres préservées. Léni ne s'implique pas, il a aussi d'autres tourments. Heureusement il y a la mer, qui console, qui lui donne un sentiment de liberté !
L’atmosphère marine est prégnante. La construction du pont, en cinq phases structure le récit, en est le fil conducteur. Au fur et à mesure de l’avancée des travaux, les tensions montent avec en toile de fond, la symbolique du pont entre deux rives, qui, en amour comme en amitié, peut apporter le bon comme le mauvais.
Un roman plaisant, aux nombreux dialogues. A sa lecture, on ne peut s'empêcher de penser à ce qu'on dû vivre les insulaires de l’île de Ré en pareille situation !
Les scènes où les habitants se retrouvent dans ce café chaleureux m'ont rappelé Les déferlantes de Claudie Gallay. Catherine

couverture du document
Disponible
Avis

Iris et Jada sont deux soeurs jumelles : elles se ressemblent comme deux gouttes d'eau, une seule chose les distingue : leur couleur de peau. Celle d'Iris est claire comme l'acacia, et attire de nombreux compliments de tous les habitants du village. Celle de Jada est aussi foncée que le cacao et tout le monde l'appelle « L'enfant de la nuit ». Lors d'une partie de cache-cache qui s'éternise, Jada, lasse de ces remarques, s'en va dans la forêt, à la rencontre d'un de ces enfants de la nuit à qui elle ressemblerait tant. Iris, très inquiète de ne pas voir sa soeur chérie revenir, s'en va alors à sa recherche... Après Comme des milliers de papillons noirs, Laura Nsafou revient nous livrer un bel album sur la couleur de peau et la différence. Comme cela fait du bien de voir des petites héroïnes à la peau noire, largement sous-représentées dans les albums ! Le récit écrit à la manière d'un conte africain est touchant et aborde avec justesse les différences et les comparaisons dans une même fratrie. Les illustrations de Barbara Brun nous offrent de beaux paysages, une palette de couleurs douces et complètent poétiquement le récit. Le sujet abordé, ainsi que le texte subtil en font un album qui apporte un vent de fraîcheur en littérature jeunesse.

couverture du document
Non disponible
Veuillez vous connecter pour réserver
Avis

« Simple » est le surnom de Barnabé, un garçon de 22 ans d’âge civil mais de 3 ans d’âge mental. Il joue aux Playmobil, converse avec Monsieur Pinpin, son lapin en peluche qu’il croit vivant, et ne pense qu’à tuer Malicroix, l’institution spécialisée où son père l’a enfermé à la mort de sa mère. Kléber a 17 ans, c’est le frère de Simple : il va rentrer en terminale et décide, contre l’avis de tous, de s’occuper de son aîné déficient mental. Ils vont finir par emménager dans une collocation avec quatre autres étudiant·es qui découvriront que vivre avec Simple n’est pas si facile.

Marie-Aude Murail, bien connue de la littérature jeunesse, nous offre un roman poignant et drôle à la fois. La relation forte et émouvante entre les deux frères est parfaitement décrite. On ressent les émotions de chacun. Simple qui avec ses réactions sans filtres et son langage particulier provoque parfois malgré lui des quiproquos, mais qui est également bien conscient de sa situation lorsqu’il se confie à Monsieur Pinpin. Kléber qui fait de son mieux pour que Barnabé se sente bien, alors qu’il aimerait comme ses ami.es, profiter de sa jeunesse, des sorties, des premiers amours…

Les autres personnages ne sont pas en reste, iels ont tous et toutetes une personnalité bien affirmée. Les colocataires qui doivent apprendre à vivre avec ce garçon différent et vont voir leur propre vie chamboulée. Même le voisin bougon, le père et l’assistante sociale, rôles plus secondaires, ont leur importance et leur place dans l’histoire.

Ce roman est magnifique, il apporte un regard neuf sur le thème du handicap mental. C’est une ode à la tolérance, à l’entraide, la fraternité, à l’amitié qui touche au cœur, tout en étant écrit avec humour et espoir.

couverture du document
Disponible
Avis
Cette bande dessinée sur la Corée du Nord fait froid dans le dos. Elle s’inspire d’un ouvrage témoignant d’un homme né dans un camp de travail en Corée du Nord qui finit, après de nombreuses années, par s’échapper (cf « Rescapé du camp 14 »). Bien documenté, Aurélien Ducoudray nous livre un récit qui a pour ambition de nous immerger dans ce pays à travers le regard d’un enfant. Pour lui l’art de la BD est un moyen comme un autre de nous faire prendre conscience du monde qui nous entoure : « J'ai l'impression, aujourd'hui, de faire davantage mon travail de journaliste en écrivant des fictions. J'étais photo-reporter et ce qui me plaisait c'était de passer du temps avec les sujets. Et là c'est pareil, je retrouve cela ; quand on est dans l'écriture pure, on passe du temps avec les personnages. ». Le pari est réussi car à la lecture de ce récit nous ne pouvons feindre une certaine tristesse vis à vis de Jun Sang, protagoniste fictionnel de l’histoire, mais qui, de toute évidence, est un porte-parole de toutes ces victimes inconnues.  - Michaël