Aller au contenu principal

Section

Supports :

Résultats de recherche : 7
couverture du document
Disponible
Tome
1
Avis

Halfdan Pisket est fils d’immigré. S’il vit aujourd’hui au Danemark et réalise des bandes dessinées sans craindre la censure et/ou la prison, c’est en grande partie grâce à son père.  Turc-arménien ou Arméno-turc, son père a quitté il y a longtemps son village natal situé dans la zone frontalière instable entre la Turquie et l’Arménie. A une époque, toutes les religions et coutumes y cohabitaient en paix. Depuis le génocide arménien, un climat de défiance et d’instabilité s’est installé. Des évènements dramatiques se sont enchaînés et ont rendu son père amer et haineux. Cette situation l’a poussé à partir vers d’autres cieux où de meilleurs lendemains lui semblaient promis, mais ailleurs et exilé, sera-t-il mieux considéré ? Élaborée à partir d’interviews du père de l’auteur et d’anecdotes de sa vie dans les années 60-70, cette histoire difficile dépeint le quotidien d’un homme déchiré par la guerre et l’occupation d’une part et ses convictions et sa soif de liberté d’autre part. Avec ce témoignage, il dénonce les maltraitances subies par les minorités et l’accueil difficile réservé aux peuples déracinés. Un témoignage choc et prenant, appuyé par un dessin expressif au noir profond. Récit complet en 3 volumes. - Michaël

couverture du document
Disponible
Avis

Ce voyage en voiture semble durer une éternité pour le jeune Oskar, surtout qu’à l’avant ses parent·es ne cessent de se disputer ! Alorspour tromper l’ennui et peut-être un mal-être bien plus profond, il se réfugie dans son imaginaire assez sinistre…

Il aura fallu plus de 8 ans à Brandon Jelinek pour réaliser cette oeuvre monumentale. Huit années d’un travail acharné, entre écriture et illustration, pour construire un récit psychologique et métaphorique. Au final, grand bien lui en a fait, puisqu’il remportera le "Grand prix" du festival international de bande dessinée de Pologne en 2015 et les prix Muriel Awards dans les catégories "Meilleur livre original" et "Meilleur scénario original 2016". Cependant, la lecture de cette bande dessinée n’est pas chose aisée, son côté sombre, voire glauque, pourra être rédhibitoire pour certain·es lecteur·rices, de même que la frontière entre rêves et réalité est souvent ténue, et au final un trouble persiste. Quoi du vrai, quoi du faux ? Peut-être que l’important n’est pas là, peut-être qu’il ne faut y voir qu’un moment onirique dont l’essence est l’imagination du personnage, mais aussi et surtout la nôtre…

Quoi qu’il en soit, « Oskar Ed » ne laisse pas indifférent. Ce road trip nous entraîne dans un voyage surprenant, allant de surprises en révélations. L’histoire est addictive et nous scotche totalement avec sa conclusion.

couverture du document
Disponible
Avis

« Pour quelques degrés de plus » est une bande dessinée conceptuelle, dans sa construction, dans sa narration. On y suit trois histoires en parallèle, la même, mais avec pour différence une légère augmentation du degré de température à chaque récit.
Légère, peut-être pas, car si minime soit-il, ce degré entraîne d’effroyables modifications, certes climatologiques, mais aussi comportementales.
Pour Josh, le héros de ce titre et de ces récits, la vie, déjà difficile avec juste deux degrés de plus, devient franchement atroce si on y ajoute encore un puis deux degrés. Ces univers parallèles cohabitent par bande de trois sur chaque double page, cela permet une vision globale et en temps réel des différentes vies de Josh. Les histoires avancent en même temps, cloisonnées, mais dans de rares moments, les frontières deviennent poreuses et nos récits se répondent, s’entrecroisent, se mélangent, l’un permettant à l’autre d’avancer.

Cet album n’a aucune prétention documentaire ni même scientifique. Il s’agit purement d’une fiction, mais qui alerte tout de même sur les risques à venir pour quelques degrés de plus : sécheresse, famine, réfugiées climatiques, guerres et j’en passe…